Pas moins d'une semaine d'absence sur le blog, c'est le minimum qu'il me fallait à pleurer à l'idée de reprendre le travail et surtout de laisser mes petits garnements. Ce n'est pas tant de reprendre le travail qui me tracasse, ni même de laisser mon fiston et mes filles chez une super nourrice (quoi que...), mais bien le fait de ne plus les voir autant qu'auparavant. J'ai passé plusieurs heures à pleurer, mais bon il faut que ça se fasse.

La reprise est anticipée (je devait reprendre en octobre) mais j'ai trouvé un poste à 12 km de chez moi alors je me suis jeté sur l'opportunité, c'est rare et ça me changera de mes 80km de mon ancien travail.

Mister A fait sa 1er matinée d'adaptation jeudi prochain et je commence le travail le lundi 6 février. Je suis triste pour la séparation mais suis persuadée que tout ira bien.

Affaire à suivre.